VIGNOBLE DE LA BAUGE: LES BEAUX JUS

**** Le français suit ****

Hybrids and Prejudices

“Let’s go try some of the juice,” said Simon as he graciously led us into his cuverie.

Many of us, including Simon, are well aware of the certain stigma attached to hybrid grape varieties… they’re too this, they’re too that… they’ll never make a top quality wine, blah blah blah.  

Simon isn’t concerned about that. What he’s concerned about, is using his experience and winemaker’s skillset to produce the best possible wines that he can. As I stood there with a mouth full of his Frontenac Blanc, I had this moment where my head lifted from my shoulders, spun around a few times, and landed back. Simon’s Frontenac vines are 12-14 years old now, and it is evident that they are hitting their stride. The juice that Simon poured for us just finished its malolactic fermentation, and was still a little hazy – my favourite. His Frontenac Blanc contained beautiful gold reflections, and expressed aromas and flavours of yellow apple, pear, hints of fresh banana, and some white flower. Bracing but not tart acidity, lovely weight, and clean finish. It’s a wine with character, complexity, and structural soundness. Make no mistake about it, this will create a high quality wine, but don’t just take my word for it… (more on this later).

Simon’s Frontenac blanc will go into the upcoming vintage of Les beaux jus, a natural wine option that Vignoble de la Bauge has been working on for a little while now…

Organic Conversion

Simon walked us over to his rows of vines – tall, beautiful 12-year-old double-cordon trained vines of Frontenac Noir, Gris, and Blanc grapes. Next to them were rows of Vidal – pruned, covered with fabric, ready to take on the long winter months. The next plot over, separated by an electric animal fence, were more rows of vines.  This plot of land is home to the organic vines.

It’s a fairly recent venture for Simon, who as a young teenager, was present when the first vines were planted by his father Alcide and his uncles, back in 1986.

The organic conversion of this plot began in 2016, reaching organic status a few vintages later. Simon explained, however, that while he happy to be growing organic grapes, he noticed that he was spending considerably more time going up and down the rows on his tractor. After all, organic sprays, are not as effective as their synthetic counterparts. So while yes, Simon and his team were practicing organic viticulture, the carbon footprint of his organic plot was actually bigger than that of his non-organic plot…

Sheep Labour!

Thankfully for Simon, he’s got plenty of four-legged friends to help him out! If you take a walk around the organic vineyard, you’ll notice that it is fenced off. You’ll also notice that there are sheep pens incorporated into the enclosed vineyard. Vignoble de la Bauge is home to plenty of animals – alpaca, Galloway cattle, boards, ducks (coming next year), etc. It’s the sheep however, that offer Simon the biggest helping hand.

The sheep help tend to the grass in between the rows of vines, and most importantly, they clean up vegetation growth at the feet of the vines. This process is called l’épamprage in French, and largely helps control the vigour of the vines. The vines are mature and high enough off the ground so that once the grapes begin to appear, they are out of reach of the sheep. This will go a long way in reducing the carbon footprint in Simon’s organic parcels!

Les beaux jus & the Growth of Natural Wine

Natural wine – there is no formal definition or universally agreed-upon understanding of what natural wine is. The concept is largely subjective, and as such, winemakers like Simon choose to make wine in the most natural way possible. Les beaux jus is a brand new project and venture into natural ways of making wine. When I was speaking to Simon about this latest project, Les beaux jus, the excitement was palpable.

“For me, natural wine is the creation of wine from organic grapes, made in the most carbon-friendly manner possible. This entails the use of natural yeast found on the skin of the grapes, without any interventions in the winery. It’s ensuring that the wine expresses the purest form of the fruit that it comes from,” explained Simon.

Les beaux jus is a collaboration between Vignoble de la Bauge, Steve Beauséjour and Nikolas Da Fonseca of VinVinVin wine bar in Montréal.

There are two things I gather from this partnership. Firstly, the partnership is evidence of a growing and important trend in the wine world – the fact that the demand for natural wine is growing. Sommeliers run intelligence for wine producers. They are on the frontlines night in and out, and have the ability to recognize that more and more pallets are craving natural wine options. Secondly, it shows that a) sommeliers trust the quality of wine that Quebec winemakers are producing, and b) that this trust is paying off because clients are pursuing local wine options, and enjoying them! The result is this partnership – an esteemed Montréal wine bar working in tandem with a Quebec winery, to produce natural wine with hybrid grape varieties. It’s proof that professionals of the restaurant/service industry are beginning to realize the quality of wine right in their own backyards. Fifteen, ten, heck even five years ago, not a whole lot of people would’ve seen that coming – and I think that’s worth celebrating.

Santé!

*************** En français! ***************

Hybrides et préjudices

« Allons goûter aux jus » dit Simon en nous invitant à le suivre jusque dans sa cuverie.

Plusieurs d’entre nous, y compris Simon, sommes bien conscients du fait qu’il existe une certaine stigmatisation entourant les cépages hybrides… ils sont un peu trop ceci, un peu trop cela, bla, bla,bla.

Simon ne s’inquiète pas de cette perception. Il est préoccupé à utiliser son expérience et les habiletés qu’il a développées comme vigneron pour produire le meilleur vin possible. Debout en train de déguster une gorgée de son Frontenac blanc j’ai ressenti, pour un instant, ma tête se détacher de mes épaules, faire quelques tours pour atterrir de nouveau sur mes épaules.  Les vignes Frontenac de Simon ont entre 12 et 14 ans et il est évident qu’elles ont atteint leur summum. Le jus que Simon nous a servi venait tout juste de terminer sa fermentation malo lactique ; il était encore un peu brumeux – mon préféré. Son Frontenac blanc montrait de beaux reflets dorés avec des arômes et des saveurs de pomme jaune, de poire, quelques notes de bananes fraiches et de fleur blanche. Il possède une belle acidité, un poids intéressant et un beau fini. C’est un vin qui a du caractère, de la complexité et une solidité structurelle.  Ne vous y trompez pas, ce jus fera un vin de grande qualité mais ne vous contentez pas simplement de me croire sur parole…( à suivre).

Conversion bio

Simon nous accompagne le long de ses rangs de vignes – très belles vignes en hauteur d’une douzaine d’année, du Frontenac noir, gris et blanc en double cordon.  A côté se trouvent les rangs de Vidal – taillés et couverts, prêts à affronter les longs mois d’hiver.  Le lot suivant est séparé par une clôture électrique pour les animaux.  C’est là que l’on trouvent les vignes bio.

La culture bio est une aventure plutôt récente pour Simon qui, jeune adolescent, a vu son père Alcide planter les premières vignes avec l’aide de ses oncles en 1986.

La conversion bio a débuté en 2016 et a reçu la certification bio quelques années plus tard.  Toutefois, Simon nous a expliqué que même s’il était heureux de produire des raisins bio, il constatait qu’il passait beaucoup plus de temps à faire des allers retours dans les rangs sur son tracteur.  Après tout, les pulvérisations biologiques ne sont pas aussi efficaces que leurs équivalents synthétiques. Bien sûr, Simon et son équipe faisaient de la viticulture biologique mais ce faisant, ils créaient aussi une empreinte carbone plus grande dans leur lot bio que dans leur lot conventionnel…

Moutons au travail !

Heureusement pour Simon, il a beaucoup d’amis quadrupèdes pour l’aider ! En vous promenant dans le lot bio du vignoble, vous remarquerez qu’il est clôturé. Vous remarquerez  également qu’il y a des enclos pour les moutons dans cette section du vignoble. Le Vignoble de la Bauge loge beaucoup d’animaux – des alpacas, des bovins Galloway, des canards (qui arriveront l’an prochain), etc. Toutefois, ce sont les moutons qui donnent le plus grand coup de main à Simon.

Les moutons mangent la végétation qui pousse entre les rangs de vignes mais surtout, ils débarrassent les pieds de vignes des mauvaises herbes qui poussent autour.  C’est ce qu’on appelle l’épamprage, un processus qui aide grandement les vignes à conserver leur vigueur.  Les vignes de Simon sont matures et assez hautes pour que les moutons ne puissent atteindre les grappes de raisins quand elles apparaissent. Voilà une excellente façon de réduire l’empreinte carbone de la parcelle bio de Simon !

Les beaux jus & la croissance du vin nature

Vin nature – il n’existe pas de définition formelle ou de compréhension universellement acceptée de ce qu’est le vin nature. Le concept est largement subjectif, et en tant que tel, les vignerons comme Simon choisissent de faire du vin de la manière la plus naturelle possible. Les beaux jus est un tout nouveau projet et s’aventure dans les façons naturelles de faire du vin. Lorsque j’ai parlé à Simon de ce dernier projet, Les beaux jus, l’excitation était palpable.

“Pour moi, le vin nature est la création d’un vin à partir de raisins biologiques, fabriqué de la manière la plus écologique possible. Cela implique l’utilisation de levures naturelles se trouvant sur la peau des raisins, sans aucune intervention dans la cave. Il s’agit de s’assurer que le vin exprime la forme la plus pure du fruit dont il provient”, a expliqué M. Simon.

Les beaux jus est une collaboration entre le Vignoble de la Bauge, Steve Beauséjour et Nikolas Da Fonseca du bar à vin VinVinVin à Montréal.

Ce partenariat me permet de tirer deux enseignements. Premièrement, le partenariat témoigne d’une tendance importante et croissante dans le monde du vin – le fait que la demande de vin nature est en hausse. Les sommeliers gèrent l’intelligence pour les producteurs de vin. Ils sont sur la ligne de front, nuit après nuit, et sont capables de reconnaître que de plus en plus de palettes réclament du vin nature. Deuxièmement, cela montre que a) les sommeliers font confiance à la qualité du vin que les viticulteurs québécois produisent et b) que cette confiance porte ses fruits car les clients recherchent des options de vins locaux et les apprécient ! Le résultat est ce partenariat – un bar à vin réputé de Montréal travaillant en tandem avec un vignoble québécois, pour produire du vin nature avec des cépages hybrides. C’est la preuve que les professionnels du secteur de la restauration et des services commencent à se rendre compte de la qualité du vin dans leur propre cour. Il y a quinze, dix, voire cinq ans, peu de gens auraient vu cela venir – et je pense que cela mérite d’être célébré.

Santé !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s